Misola Mali

C’est en 1993 qu’apparaît la première UPA Misola au Mali à Diafarabé. Rapidement, le projet se développe et aujourd’hui, on recense 19 UPA réparties dans toutes les régions à l’exception de celle de Kidal au Nord.

Le principal artisan de ce développement est Abdoulaye Sangho qui coordonne actuellement le projet pour le Mali et apporte son expertise aux pays voisins.

Avec l’appui de Misola France, il a lancé la production de la farine Misola au Mali.

Après une formation initiale au Burkina, et sous l’impulsion du président du comité de salut public de Diafarabé, le Dr Aly Cissé, ancien ministre de la Santé et représentant de Misola au Mali, Abdoulaye Sangho a tissé un réseau structuré et performant qui emploie plus de quatre cents femmes.

Les qualités de ce Malien sont reconnues. Sans son expérience et son investissement, le projet  Misola n’aurait pas pu aller aussi loin dans sa démarche. Aujourd’hui, le conseil d’administration de l’association l’a nommé coordinateur général Misola pour l’Afrique de l’Ouest.

Pour le seconder dans ses tâches au Mali, la structure s’est renforcée d’une chargée de programme, d’un comptable et de déléguées à Kayes, Sévaré et Tombouctou.

Toutes les unités de production sont rassemblées au sein d’une fédération. : la FUPAM. Cette fédération, présidée par Mme Fify Tembely,  vise à mutualiser les efforts et les actions de chacun.

La production de farine a connu une progression importante ces dernières années pour atteindre 310 tonnes en 2010. Misola Mali est particulièrement implantée auprès des structures nationales et internationales qui œuvrent à la lutte contre la malnutrition dans ce pays.